Chronologie de Griffintown
L’histoire du quartier maintenant connu sous le nom de Griffintown remonte à plus de 360 ans, presque aussi loin que la fondation de Montréal.

1650 à 1799

1654 – Paul Chomedy de Maisonneuve accorde à Jeanne Mance, fondatrice de l’Hôtel-Dieu, 112 arpents de terre, connus alors sous le nom de Fief Nazareth. On l’appelle également La Grange des Pauvres et ses bénéfices doivent être utilisés en faveur des pauvres de l’hôpital Hôtel-Dieu. Les limites originales s’étendent de la rue Soeurs Grises à l’est, à la rue de la Montagne à l’ouest, et à partir de la rue William au nord et jusqu’au fleuve Saint-Laurent au sud. Jusqu’à l’arrivée des Anglais en 1760, il s’agissait principalement de terres agricoles. 1698 – Pierre Leber construit une chapelle dédiée à Sainte-Anne près de l’extrémité sud de la rue Murray. La région est connue par la suite sous le nom de Quartier Sainte-Anne. Le quartier devient un endroit de prédilection pour l’ivrognerie et les festivités; le clergé est donc forcé de restreindre la vente d’alcool près de la chapelle. 1760 – Les Britanniques, sous le général Amherst, marchent à partir de Lachine jusqu’au fief Nazareth, par le pont des Recollet, et entrent dans la ville fortifiée de Montréal. 1791 – Thomas McCord loue des sœurs de l’Hôtel-Dieu le fiel Nazareth pendant 99 ans. 1796  – Pendant que McCord s’occupe de ses intérêts commerciaux en Angleterre et en Irlande, son bail est illégalement vendu par son associé, Patrick Langan, à Mme Mary Griffin, l’épouse du propriétaire d’une usine de savon.

1800 à 1899

1804 – Griffintown est une région convoitée, en raison de son emplacement stratégique près du canal de Lachine prévu depuis longtemps. Mary Griffin commande un plan qui divise le secteur en rues et lots à construire et par la suite y construit des habitations à faible coût. Les profits des loyers sont divisés entre elle et les sœurs. 1805 – Thomas McCord revient à Montréal et intente des actions légales pour tenter de récupérer son terrain de Mary Griffin. Un jugement est finalement rendu par le tribunal en faveur de McCord (1814) et le terrain est réassigné, mais l’étiquette de Griffintown demeure. 1820 – En 1820, les fortifications de Montréal ont été retirées et Griffintown est reliée au reste de la ville. 1821 – La construction d’un canal pour contourner les rapides de Lachine dans le fleuve Saint-Laurent débute. Cela instaure une nouvelle ère de forte industrialisation. 1824 – Premier défilé de la Saint-Patrick le 17 mars; une école pour les enfants irlandais ouvre, le couvent des Récollets. 1825 – L’église des Récollets ouvre ses portes pour les services destinés aux catholiques irlandais. 1840s – La famine des pommes de terre frappe l’Irlande, incitant des dizaines de milliers d’Irlandais à immigrer vers Montréal, dont la grande majorité s’établit à Griffintown. 1840-1848 and 1873 to 1884 – Le canal de Lachine est agrandi deux fois, en grande partie par les immigrants irlandais. Plusieurs usines sont construites le long de ses berges. 1843 – Les travailleurs du canal organisent l’une des premières grèves du travail au Canada. 1843 – L’école Sainte-Anne pour garçons est construite au coin des rues Saint-Paul et Saint-Henri. 1847-1848 – Plus de 6000 immigrants irlandais décèdent tragiquement des suites du typhus dans les dispensaires de Windmill Point de l’autre côté du canal (Village-aux-Oies). La plupart ont contracté le typhus à cause des conditions de surpopulation ou d’insalubrité sur les bateaux sur lesquels ils ont monté pour fuir la famine de la pomme de terre en Irlande. Ceux qui arrivent malades sont mis en quarantaine dans les dispensaires. 1849 – Le 25 avril, des émeutiers brûlent le parlement du Canada (Haut et Bas-Canada) qui est situé dans le bâtiment du marché Sainte-Anne à la limite est de Griffintown. Ces émeutiers s’opposent avec véhémence à un projet de loi du gouvernement qui dédommagerait certains citoyens pour les dommages causés durant une rébellion antérieure. 1852 – Les loyers pour les terrains sont plus élevés à Griffintown que partout ailleurs à Montréal, principalement en raison des énormes frais seigneuriaux. Cela entraîne plusieurs faillites. Comme il y a peu d’incitation à construire de bons logements, lorsque des constructeurs avides louent un terrain, ils ont tendance à construire des taudis, avec des incendies qui se déclarent fréquemment. De plus, les terrains sont en basse altitude et les rues sont souvent inondées. 1852 – Un incendie qui a débuté dans un atelier de menuiserie et détruit la moitié des structures de Griffintown. 1853 – Dix personnes décèdent des suites de blessures au pistolet à la suite d’une émeute sur la place du marché au foin au coin des rues Inspector et William. Les tirs surviennent lorsque des catholiques et des protestants irlandais s’affrontent après un discours d’un conférencier italien qui faisait des déclarations controversées au sujet de l’Église catholique romaine. 1854 – Le 8 décembre, l’église (catholique) Sainte-Anne est consacrée. Située au coin de la rue de la Montagne (à l’époque la rue McCord) et de la rue Wellington, elle devient le cœur de Griffintown pour les 100 années suivantes. 1857 – Thomas D’Arcy McGee est élu pour représenter le quartier Sainte-Anne de Griffintown au parlement canadien. L’élection est très serrée et il y a des émeutes et des batailles à Griffintown le jour de l’élection. 1859 – Un gros rocher noir est érigé par les travailleurs pour honorer les victimes du typhus, dont les restes ont été retrouvés durant la construction du pont Victoria. 1861 – Dans les années 1860, plus de 50 usines œuvrent à Griffintown. Elles comprennent enter autres des fonderies de fer, des ateliers de mécanique, des usines de textile, des brasseries, des scieries et une usine de chocolat. 1864 – L’école pour filles Sainte-Anne est construite et l’école pour garçons Sainte-Anne déménage sur les rues Young et Ottawa. 1868 – Thomas D’Arcy McGee, un père de la Confédération qui avait été élu par les électeurs de Griffintown, est assassiné à Ottawa. 1879 – Mary Gallagher est décapitée le 27 juin par une rivale, Susan Kennedy. La légende dit que Gallagher revient tous les sept ans pour retrouver sa tête. 1885 – La Société des jeunes hommes de Sainte-Anne a été fondée, menant à la fondation de l’équipe de crosse Shamrock et différents autres clubs sportifs. 1886 – La pire inondation printanière jamais enregistrée a lieu, faisant s’interrompre la circulation ferroviaire, submergeant les maisons et appauvrissant davantage les résidents de Griffintown. Il y a également deux incendies majeurs cette année-là. 1887 – Une voiture irlandaise authentique est construite par James Kenehan sur les rues Young et William. Elle est encore utilisée annuellement lors du défilé de la Saint-Patrick à Montréal, représentant la paroisse de Sainte-Anne. 1880–1915 – Le réseau ferroviaire du Grand Tronc est construit, faisant de Griffintown et de son voisinage le principal centre industriel du Canada. 1895 – Au tournant du siècle, la population de Griffintown est un mélange d’Irlandais, de Canadiens français, d’anglo-protestants, de Juifs, d’Italiens, de Syriens, d’Ukrainiens et d’immigrants provenant d’Asie orientale. La population du quartier atteint environ 30 000 personnes au tournant du siècle. La situation du logement continue de se détériorer alors que l’immigration rapide se poursuit.

1900 à 1999

1914 – Pour répondre aux besoins sociaux du quartier, on demande aux Sœurs de la Charité de la Providence de diriger la maternelle et la garderie de Sainte-Anne qui viennent d’ouvrir. 1911 – Le premier édifice pour le club des garçons de Griffintown ouvre ses portes sur la rue Shannon. Le club des filles et les logements des concierges se trouvent au deuxième étage. 1930 – Le club pour garçons et filles de Griffintown ouvre ses portes dans le nouvel édifice de quatre étages au coin d’Ottawa et de Shannon. 1935 – Le viaduc élevé nord-sud du CN est construit, divisant le quartier en deux sur la rue Nazareth. 1944 – Le 26 avril, un bombardier Liberator de la RAF (avec un équipage polonais) s’écrase sur les rues Shannon et Ottawa, tuant 15 personnes, l’équipage de l’avion et des résidents de Griffintown. C’est encore aujourd’hui le pire désastre de l’aviation de l’histoire de Montréal. 1946 – Après de la Seconde Guerre mondiale, Griffintown amorce un déclin rapide durant le boom économique d’après guerre alors que plusieurs entreprises et résidents déménagent vers des zones plus récentes et attirantes de Montréal. 1952 – Le club pour garçons et filles de Griffintown ferme ses portes en raison de l’exode général de la population vers d’autres quartiers. 1959 – La Voie maritime du Saint-Laurent est inaugurée, rendant le canal de Lachine superflu pour la circulation de grands navires, entraînant le déclin graduel des entreprises le long du canal et de celles qui les desservaient à Griffintown. 1963 – Griffintown fait l’objet d’un nouveau zonage à des fins industrielles et la construction de l’autoroute Bonaventure élimine plusieurs des logements restants. Plusieurs propriétaires démolissent leurs édifices, et l’exode des résidents se poursuit. 1964 – Le Village-aux-Oies (Victoriatown) est complètement démoli pour accommoder l’Expo 67. Occupant la région anciennement nommée Windmill Point, le Village-aux-Oies a vu le jour en raison de la construction du pont Victoria. 1970 – Le canal de Lachine cesse finalement ses activités de navigation, augmentant le déclin de Griffintown et des autres quartiers qui bordent le canal dans l’arrondissement Sud-Ouest de Montréal. 1970 – Jadis au cœur de la communauté de Griffintown, l’église Sainte-Anne est désacralisée et démolie en raison de la congrégation qui a diminué rapidement. 1971 – La population de Griffintown compte 800 résidents et continue de décliner au cours des deux décennies suivantes. 1971-1999 – Griffintown se retrouve avec environ 200 résidents et la plupart des usines et édifices commerciaux encore présents sont loués à bas prix par des entreprises de passage. Pendant 30 ans, Griffintown est oubliée et négligée par la ville et son souvenir s’est effectivement effacé de la mémoire de la plupart des Montréalais.

2000 à 2017

2002 – Le canal de Lachine est remis à neuf en tant que voie navigable de bateaux de plaisance et une piste cyclable est aménagée sur toute sa longueur, du Vieux-Montréal à Lachine. 2004 – Le plan directeur de Montréal définit trois objectifs pour le développement en cours de Griffintown : 1.) préserver le caractère et l’envergure du passé industriel du quartier; 2.) encourager et développer les activités économiques et résidentielles; et 3.) renforcer les activités récréatives et touristiques dans la zone du bassin Peel. 2005 – Le promoteur immobilier Prevel restaure les édifices historiques de la compagnie de chocolat Lowney (1 et 2) et les convertit en condominiums de style loft. Le projet introduit dans Griffintown le concept de « toit-terrasse – chalet urbain » qui comprend des commodités telles que des piscines, des espaces de barbecue, des terrasses et autres installations récréatives sur les toits. 2008 – Prevel lance le projet de nouvel édifice de 10 étages Lowney Phases 3-4 avec des condos de style loft et une version augmentée de son concept de toit-terrasse – chalet-urbain. L’édifice a presque immédiatement vendu tous ses lofts et est devenu le schéma directeur pour d’autres promoteurs qui acquièrent propriétés dans Griffintown et commencent leurs propres projets. 2009 – L’arrondissement sud-ouest tient des consultations publiques dans le développement proposé de Griffintown et un plan de développement de condos et de parcs est approuvé pour la propriété de 10 hectares qui était anciennement une installation de tri de Postes Canada à l’est de la rue Guy et à l’ouest de la rue de la Montagne, entre la rue Ottawa et le canal de Lachine. 2010 – Divers promoteurs, notamment Devimco et Prevel, s’engagent au développement des terrains de Postes Canada, conformément au plan de la ville. 2012 – Le bureau de consultation publique de Montréal tient des audiences publiques supplémentaires pour le développement futur de Griffintown. 2013 – L’arrondissement sud-ouest adopte le « Programme particulier d’urbanisme Griffintown » pour régir le développement de tout Griffintown. 2017 – Plus de 20 projets de développement de condos sont entrepris, et des milliers de nouveaux résidents ont déjà emménagé dans plusieurs des édifices récemment complétés; cela porte la population à près de 10 000 résidents. Des restaurants, des cafés, des banques, des hôtels et des magasins de meubles apparaissent pour desservir la nouvelle population.

Sources

  1. Barlow, Matthew. Griffintown – Identity and Memory In An Irish Diaspora Neighbourhood. UBC Press, 2017.
  2. Burman, Richard. 20th Century Griffintown in Pictures – 3rd Edition, 2010.
  3. Dreidger Doyle, Sharon. An Irish Heart – How A Small Immigrant Community Shaped Canada. Harper-Collins, 2010.
  4. MacLeod, G. Scott. Griffintown Tour – A Self-Guided Urban History Walk. MacLeod Nine Productions, 2015.
  5. Cartes historique de Griffintown  (compilé par Jeff Dungen):  http://dungen.ca/jeff/griffintown/history/history01.htm
(Remarque : La chronologie ci-dessus est le fruit des recherches, compilations, révisions et modifications de Shaun Fawcett – www.griffinworks.ca/our-story)